Le RDÉE TNL en entrevue à CBC Newfoundland Morning

‘Villes lèvent les fonds pour une tour de téléphonie cellulaire’

CBC Newfoundland Morning
Animatrice, Bernice Hillier
Entrevue radiophonique avec Wendy Brake
Diffusée le mardi 7 Mai, 2019

Lien vers l’entrevue originale:
Towns-raise-money-for-a-cell-phone-tower
*Traduit de la version originale anglaise

Bernice Hillier: Si vous voyagez n’importe où dans cette province, vous connaissez les endroits où vous allez manquer de service cellulaire. Vous parlez ou envoyez des textos, puis plus rien. Sur la péninsule de Port-au-Port, les habitants de deux communautés en ont assez de ne pas avoir de service cellulaire, les habitants de la Grand’Terre et de Trois Cailloux prennent les choses en main. Le Réseau de Développement Économique et d’Employabilité de Terre-Neuve-et-Labrador recueille des fonds pour une tour de téléphonie cellulaire, il a même lancé une campagne GoFundMe. Wendy Brake est agente de développement économique au sein de l’organisation. Elle me rejoint sur la ligne ce matin. Bonjour, Wendy.

Wendy Brake: Bonjour.

Bernice: D’où est venue l’idée de collecter des fonds pour construire une tour de téléphonie cellulaire?

Wendy: J’ai commencé mon rôle en 2015. Et à ce moment-là, j’avais planifié des consultations communautaires, j’étais nouvelle dans la région et je voulais rencontrer les résidents. Et à partir de cette réunion, qui a eu une forte participation, elle a été identifiée par les résidents comme étant le besoin numéro un de la communauté.

Bernice: Que disaient les gens à ce sujet?

Wendy: Ils disaient qu’ils en avaient besoin pour des raisons de sécurité. Ils en avaient besoin pour développer le tourisme dans leur région car nous avons des attraits uniques ici, pour une certaine qualité de vie, et pour garder notre jeunesse et maintenir notre communauté minoritaire francophone.

Bernice: Qu’avez-vous fait depuis 2015 pour essayer d’obtenir un service cellulaire dans cette région?

Wendy: J’ai passé beaucoup de temps à contacter des représentants de différentes entreprises, telles que Bell et Telus. Et depuis lors, nous avons reçu une offre qui nous était inaccessible en 2016, car aucun financement n’était disponible au niveau gouvernemental. Et c’est en réalité le 30 avril 2018 que le gouvernement provincial a offert un financement pour couvrir 25% du projet. Je suis ensuite retourné chez Bell Mobilité et, avec leur contribution, nous avons réussi, en septembre 2018, à obtenir un financement du gouvernement provincial. Cela nous laisse maintenant à couvrir 15%.

Bernice: Il vous reste donc à couvrir combien, près de 80 000 $?

Wendy: Oui.

Bernice: Qu’avez-vous fait jusqu’à présent pour collecter l’argent?

Wendy: En août, nous avons créé un comité de collecte de fonds pour le service cellulaire. Il est donc composé de représentants de la Grand’Terre et de Trois Cailloux, qui sont des chefs de file de la communauté et qui défendent réellement ce service. Et avec eux et moi-même, nous avons élaboré un plan, nous avons pompé de l’essence pour des dons à l’Esso de Stephenville. Nous avons organisé des spectacles et des enchères silencieuses à partir de dons d’entreprises locales. Nous avons sollicité des dons auprès d’entreprises de toute la province, principalement de la région de Bay St George. Et nous avons continué, nous avons organisé des soirées dansantes pour les jeunes, un bal du Nouvel An, et donc ça été comme ça sans arrêt depuis avec différents efforts de levée de fonds.

Bernice: Et je comprends maintenant que vous avez amassé près de 50 000 $.

Wendy: Oui et ce sont beaucoup de dons d’entreprises et le résultat des efforts de notre comité de collecte de fonds. Et bien sûr, les contributions de nos organisations locales ont aidé.

Bernice: Nous avons donc des tours de téléphonie cellulaire à Corner Brook et je n’ai pas eu besoin de collecter des fonds pour obtenir ces tours. Que pensez-vous de devoir contribuer financièrement à un service cellulaire pour lequel les clients vont ensuite devoir payer?

Wendy: Bien sûr que c’est une grande question. Malheureusement pour la région, ces deux communautés sans service, il n’y a que 501 habitants. Et malheureusement pour Bell, Telus et les entreprises qui offrent ce service, il n’y a pas de rentabilité.

Bernice: C’est pas rentable, c’est ce qu’on vous a dit.

Wendy: Oui. Donc, vous savez, nous sommes forts, nous sommes une communauté, avec de nombreux défenseurs locaux du service, alors nous avons donc décidé de le faire nous-mêmes. Et nous y allons à fond, je veux dire, depuis août, nous avons amassé presque 50 000 $.

Bernice: De quelle manière votre région est-elle perdante en ce moment parce qu’il n’a pas de service cellulaire? Vous avez parlé de la sécurité. Mais qu’en est-il du développement économique?

Wendy: Donc, il y a plusieurs choses, nous avons des aspirants entrepreneurs dans notre communauté qui ont vraiment de la difficulté à démarrer leur entreprise s’ils ne disposent pas des outils de communication dont dispose la majorité de la province.

Les personnes à la recherche d’un emploi à l’intérieur ou même à l’extérieur de nos communautés ne peuvent même pas créer d’adresse électronique dans notre communauté, car un code de confirmation vous est envoyé à votre cellulaire. Ainsi, lorsque je travaille avec une personne à la recherche de travail, nous devons nous rencontrer dans une autre communauté afin de pouvoir obtenir ce code, obtenir leur adresse électronique et finalement être en mesure d’envoyer leur candidature.

Pour le tourisme, c’est énorme. La Grand’Terre offre vraiment beaucoup au tourisme francophone dans notre province, et certaines organisations ont déployé beaucoup d’efforts pour le développer. Mais l’une des premières questions que les visiteurs posent dès leur arrivée dans ces activités touristiques c’est : «Où puis-je obtenir le service cellulaire?». Nous devons les envoyer hors de notre communauté. Si nous avions ce service, nous les ferions rester ici plus longtemps pour s’amuser et ils pourraient ainsi passer le mot et parler positivement de notre péninsule de Port-au-Port.

Bernice: Wendy, dans combien de temps les habitants de La Grand’Terre et Trois Cailloux pourraient-ils obtenir le service cellulaire?

Wendy: Idéalement, ce serait à l’automne. Nous devons finir d’amasser notre part. Et ce sera ensuite entre les mains de l’entreprise. Donc, ça dépend. Cela pourrait aller au printemps prochain. Mais comme je l’ai dit, c’est difficile à dire, cela pourrait être dès l’automne.

Bernice: Donc, une fois que vous aurez amassé le 15%, votre part du coût d’installation de la tour cellulaire, est-ce que cela signifie que votre obligation est remplie? L’entretien et la maintenance seront gérés par le fournisseur?

Wendy: C’est bien ça.

Bernice: Ok. Wendy, contente d’avoir parlé avec vous ce matin. Je vous souhaite bonne chance avec ces efforts. Merci beaucoup.

Wendy: Merci et prière de mentionner notre page Facebook : C’est not’ tour! Our turn to connect! Nous avons un site web. Nous avons un GoFundMe. L’Air du Cercle de CBC viendra sur la péninsule de Port-au-Port et y enregistrera une émission. Nous avons des billets en vente localement.

Bernice: D’accord. Nous partagerons cela également via nos médias sociaux. Merci beaucoup, Wendy.

Wendy: Merci.

Bernice: Wendy Brake est agente de développement économique au Réseau de Développement Économique et d’Employabilité de Terre-Neuve-et-Labrador.

**
Pour la transcription de l’entrevue en anglais, allez ici:
RDÉE TNL on CBC Newfoundland Morning