Le RDÉE TNL en entrevue au Réveil

‘Nouvelle campagne pour le service cellulaire sur la côte ouest de T.-N.’

Le réveil / Nouvelle-Écosse et TNL, Radio Canada
Animateur, Stéphane Côté
Entrevue radiophonique avec Eric Tremblay
Diffusée le mardi 7 Mai, 2019

Lien vers l’entrevue:
le-reveil-nouvelle-ecosse-et-t-n/mardi-7-mai-2019/8h22

 

Stéphane Côté (SC) : Le RDÉE de Terre-Neuve-et-Labrador vient tout juste de lancer une campagne de levée de fonds pour soutenir les efforts du comité de service cellulaire de la Grand’Terre et Trois Cailloux.
Ça c’est sur la péninsule de Port-au-Port à Terre-Neuve. Donc, toujours pas de réception en 2019. Avec nous ce matin, Eric Tremblay, coordonnateur des communications au RDÉE. Monsieur Tremblay, bonjour.

Eric Tremblay (ET) : Bonjour.

SC :
Monsieur Tremblay, pourquoi le RDÉE s’est-il associé à cette campagne de levée de fonds pour soutenir les efforts de la communauté?

ET : Et bien, à vrai dire, il faudrait retourner environ à 2015 quand l’agente de développement économique du RDÉE là-bas dans l’ouest, Wendy Brake, a demandé à la communauté quels étaient les besoins les plus pressants, les ‘challenges’ que les gens vivaient le plus dans la région. Et puis l’absence de service cellulaire s’avéra être ce qui était mentionné le plus souvent. Donc, depuis ce temps-là, Wendy travaille sur ce projet, surtout de son côté, et puis en 2018, ils ont formé un comité pour le service cellulaire avec sept représentants des deux communautés, de la Grand’Terre et de Trois Cailloux. Ils ont amassé quand même beaucoup de fonds, environ 49,700 $ depuis.

Puis ils se sont dit qu’ils auraient besoin d’un petit coup de main du reste du RDÉE, donc c’est à ce moment-là que moi je suis arrivé et puis j`ai eu l’idée de faire une campagne un peu plus nationale, essayer d’éveiller la solidarité des francophones à travers tout le Canada. Parce que là-bas, c’est une de plus anciennes communautés francophones à Terre-Neuve et puis on sait tous que le service cellulaire c’est quelque chose qu’on prend pour acquis. Pour la plupart des communautés un peu partout, on n’y pense même plus, c’est quasiment de l’air.

Mais là-bas, c’est quand même encore un challenge. Moi je suis allé visiter récemment, je vais te faire une anecdote. Je me déplaçais pour aller à la Grand’Terre, en partant de Stephenville. En chemin, il y avait une inondation sur la route. Je n’étais pas trop sûr si on pouvait passer ou pas. Mon réflexe c’était de sortir mon téléphone pour aller sur Google Maps, pour voir s’il n’y avait pas une autre route, ou pour appeler pour savoir qu’est-ce qui se passe. Bien évidemment, j’avais un petit point rouge sur mon cellulaire, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de service. Je me suis dit, ça doit être quelque chose qu’ils vivent à tous les jours. Heureusement, il y avait un camion (du comté) qui est arrivé et nous a dit que nous pouvions quand même passer mais, que la nuit précédente, la route fut complètement barrée.

Tout ça pour dire que, c’est pour ça que le RDÉE s’est impliqué. Pour informer le reste de la population du Canada finalement de ce qui se passe là-bas, car c’est quand même un petit coin isolé. Et puis c’est ça, j’ai eu l’idée de faire un site web pour expliquer la problématique des gens dans la région. Donc le site web c’est : cest-not-tour.ca
Ça parle un peu de l’historique de la levée de fonds et puis il y a beaucoup de témoignages.

SC :
Bien oui c’est ça, les témoignages, très importants. Vous le disiez, on prend pour acquis que le téléphone cellulaire, du moins le réseau, est disponible sauf que, en situation d’urgence, c’est pas toujours évident. Ces zones qui sont déconnectées se sentent vraiment écartées de ce qui se passe dans le monde, que ce soit sur Twitter, Facebook, ou Instagram, en temps réel.

ET :
Tout à fait. Mais c’est surtout au jour le jour, je te dirais. Il y a des choses très simples qui sont très difficiles à faire là-bas. Moi j’ai parlé avec beaucoup de gens et il y a souvent la notion de sécurité qui revient. Je veux dire, les gens ont des petits accidents ou des plus gros accidents, puis qu’est-ce que tu fais quand tu ne peux pas appeler personne à l’aide. Il y a un monsieur qui était allé couper du bois près de sa maison, puis il est tombé et s’est blessé. Il s’est fait mal à la hanche, puis il ne pouvait pas appeler personne pour venir le chercher. Donc, il a littéralement dû ramper pour revenir chez lui, ce qui a aggravé sa blessure évidemment. C’est des petites choses comme ça, mais ça revient souvent. C’est important d’avoir la capacité de communiquer en 2019. Puis c’est sûr qu’en termes de développement économique, le RDÉE s’implique le plus possible.

SC : On appuie les communautés. On rappelle que le coût total est de 530 000 $, et la part provenant de la communauté est d’environ 69 000 $ plus les taxes. Il manque quoi, une trentaine de milles?

ET : Oui environ une trentaine de milles. On a créé une page GoFundMe pour collecter les fonds. On a mis un ‘top’ de 25 000$. On a évidemment plusieurs sources, plusieurs façons d’amasser des fonds, il y en a eu plusieurs par le passé: des spectacles, des lave-autos, des trucs comme ça. On essaye de multiplier les activités pour amasser des fonds. La page GoFundMe, c’est aussi : cest-not-tour.

SC : Je vais déposer le tout sur notre page Facebook pour que les gens puissent facilement retrouver cette page, très belle page également, construite par le RDÉE TNL. On le rappelle, c’est pour le service cellulaire pour la Grand’Terre et Trois Cailloux, ces deux communautés qui en ont bien besoin. Eric Tremblay, je rappelle que vous êtes coordonnateur des communications pour le RDÉE Terre-Neuve-et-Labrador.
Un gros merci et, lorsqu’on atteint le montant, on se rappelle?

ET :
Oui et on célèbre avec une grosse bouteille de champagne, mais probablement pas trop chère parce…

SC : …parce qu’on se garde des sous pour le téléphone! (rires)

ET : Exactement! (rires)

SC : Eric, Merci beaucoup!